Souffle acide du vent, larmes brulantes du ciel. Le monde ne ressemble plus aux paysages d'autrefois. Les cataclysmes ont frappé, des colonnes de flammes et de fumées se sont élevées sur l'horizon. La guerre. La guerre des hommes. Et nous, les loups n'avons eu d'autres choix que de fuir. Nombreux furent nos congénères emportés. Nous traversâmes les plaines cabossées, les forêts de cendres, poursuivis par la faim, traqués par la mort.

Notre salut, nous le devions malheureusement à ceux qui avaient provoqué notre malheur.



 

 

La Ville Morte

 

Sur l'une des grandes places de la ville, une massive fontaine trônait au milieu de la plus large. Grandement défigurée aujourd'hui, elle continue de cracher dans son bassin une eau croupie aux saveurs douteuses. Des tireurs d'élites postés en hauteur s'amusent fréquemment à tirer sur les cibles mouvantes. Grande prudence !


Pas de nouveaux messages

Une grande partie du bâtiment s'est effondré, rendant son exploration difficile. Des hommes occupent encore une minuscule partie où ils accueillent les blessés mais le reste de l'hôpital est impraticable pour eux.


Pas de nouveaux messages

Splendeur déchue, la Cathédrale est éventrée de moitié, ses vitraux explosés et l'une de ses deux tours s'est effondrée sur le parvis. Pourtant, quelques rares humains passent encore déposer des bougies à l'emplacement de l'ancien autel. L'orgue troué continue, encore parfois, de jouer de lugubres mélodies sous l'impulsion des vents.


Pas de nouveaux messages

Que ce soit le métro ou les égouts, le réseau souterrain est particulièrement vaste sous la ville, bien que branlants à certains endroits. Plusieurs petits groupes de survivants humains y traînent régulièrement.


Pas de nouveaux messages

Nos amis